Rechercher :



LES R.U.




Les RU en Français


Imprimer

RU 19/2012 - VATICAN II - CORAN


SUITES INQUIETANTES DU CONCILE VATICAN II (ru, 15 mai 2012). – 50 ans après ce Concile de l’Eglise Catholique qui a cru devoir annoncer urbi et orbi la ‘liberté religieuse’ (comme s’il n’y en avait pas eu auparavant), les ravages causés par cette libéralisation continuent à dévaster les Etats anciennement catholiques. Le Concile ayant décrété qu’il ne devrait plus y avoir des Etats où la religion catholique serait quasiment une religion d’Etat, ceux-ci ont successivement entrepris – avec la bénédiction des évêques modernistes - de se délier des liens avec l’Eglise, notamment en Amérique Latine, mais aussi en Espagne, au Portugal  et ailleurs, faisant place aux pires délires laïcistes souvent rouges sang (lois libertaires dans les domaines de l’avortement, de l’euthanasie, de la famille et de la génétique). La dernière catastrophe de cette série de lois iniques, décrétées en totale indépendance de l’Eglise qui a elle-même sevré tous ses liens d’autorité sur les états jusque là catholiques, a vu le jour la semaine dernière en Argentine : le Congrès a voté jeudi 10 mai une loi libéralisant le libre choix du sexe, notamment par les travestis (une communauté de 22.000 personnes en Argentine). Cette loi, contraire à l’enseignement de l’Eglise depuis toujours, à la loi naturelle et à la voix de la conscience de tout être humain, fut votée au parlement argentin avec 55 voix pour, 0 voix contre, et 1 abstention. Bravo pour ce dernier qu’on s’imagine  plutôt comme un parlementaire catholique, assis dans son fauteuil de député, désabusé de tant d’insanités, y compris de la part de l’Eglise qui ne veut plus avoir d’impacte sur le public, une sorte d’autocensure. Déjà en 2010 l’Argentine, sous sa présidente Mme Cristina Kirchner, égérie des droits de l’homme, avait comme premier pays d’Amérique Latine fait autoriser en Argentine le mariage entre personnes du même sexe, ce qui a permis quelques 3500 célébrations honteuses de « mariages » à la suite. Depuis, d’autres pays anciennement catholiques – tous échappés à la moindre tutelle catholique – ont fait de même : la ville de Mexico, l’Etat mexicain de Coahuila, l’Etat brésilien du Rio Grande do Sul, et l’Uruguay. Maintenant l’Argentine veut faire sauter un autre verrou imposé heureusement pendant des siècles par l’Eglise : l’euthanasie. Déjà une nouvelle loi vient de passer autorisant « le refus de l’acharnement thérapeutique », une première brèche dans la protection des faibles. Les victimes sont surtout les grands malades, les personnes âgées, les enfants accidentés ou malformés: ils n’ont plus de protecteur, l’Eglise s’étant rétractée, par suite à un choix suicidaire des Pères du Concile Vatican II, vers ses chapelles – devenues entre temps désespéramment vides. Que la Sainte Tradition de l’Eglise catholique revienne vite et reprenne toute sa place dans l’Eglise, afin que les Béatitudes annoncées par N.S. Jésus-Christ soient de nouveau opérées : « Heureux les pauvres, heureux ceux qui ont faim, heureux ceux qui souffrent, heureux ceux qui sont persécutés ! » Ils n’ont aujourd’hui plus de protecteur, mais l’Eglise, avec la grâce de Dieu, reviendra les protéger en redevenant la « magistra gentium » qu’elle fut depuis plus d’un millénaire, même si un Concile « pastoral » ait voulu éclipser ce rôle phare de l’Eglise pour un laps de temps  qu’on peut souhaiter le plus court possible.

 

ESPAGNE (ru, 15 mai 2012). – La Commission Constitutionnelle du Congrès espagnol - contre toute attente – a accepté le 10 avril 2012 d’examiner la pétition de M. Imran Firasat d’interdire le Coran en Espagne, et de se prononcer à la suite de cet examen (www.minutodigital.com/wp-content/uploads/congreso3.jpg). Imran Firasat est un Pakistanais qui s’est converti de l’Islam et qui jouit actuellement d’un statut de réfugié politique en Espagne. Puisque cette affaire pourrait intéresser toute l’Union Européenne et pas seulement l’Espagne, nous nous permettons de reproduire ici les 10 arguments cités par Imran Firasat dans sa pétition :

1)    »Le Coran n’est pas un livre sacré religieux mais un livre violent, débordant de haine et de discriminations.

2)    Le Coran est un livre horrible qui incite la communauté musulmane à s’engager dans le djihad, à tuer des innocents et à détruire la paix dans le monde.

3)    Le Coran est responsable des terrorismes que nous avons observés ces dernières années dans lesquels des milliers de personnes ont perdu la vie.

4)    Le Coran est un livre infâme qui oblige les croyants à conquérir le monde entier et à imposer un pouvoir absolu coûte que coûte.

5)    Le Coran est un livre qui, en toute légalité, permet et encourage la violence et la haine, ce qui le rend incompatible avec le monde moderne, Espagne comprise.

6)    Le Coran est un livre qui établit des discriminations directes entre les personnes.

7)    Le Coran est un livre qui n’autorise ni liberté d’expression ni liberté de religion.

8)    Le Coran est un livre qui impose des souffrances et tortures aux femmes par ses prescriptions misogynes et injustes.

9)    Le Coran est un livre qui enseigne les divisions plutôt que l’unité : les croyants ne sont pas autorisés à créer des liens d’amitié avec les non musulmans, car le Coran les considère comme des infidèles.

10)                      Conclusion : le Coran est une menace considérable pour la liberté de la société espagnole. C’est un livre qui prêche clairement le djihad, le meurtre, la haine, la discrimination, la violence et la vengeance. Pour ces raisons il n’est nullement compatible avec le système espagnol. Ce livre est totalement contraire aux lois et à la Constitution de l’Espagne. « 

Spontanément reviennent à l’esprit les quelques paroles d’un empereur byzantin que l’actuel pape Benoît XVI avait évoquées lors de son discours académique à l’université de Regensburg en R.F.A. le 12 septembre 2006. L’empereur cité par le pape, Manuel II Palaiologos, avait dit à son interlocuteur musulman de l’époque : « Montre moi donc ce que Mohammed aurait amené de neuf, et tu verras que tu n’y trouveras que des choses mauvaises et inhumaines, comme par exemple son ordre de répandre la foi qu’il prêchait par l’épée». Même si le pape, après des fortes critiques, a pris ses distances personnelles de cette citation à la suite, la question était posée au plus haut niveau. Ce qui fait que cette question de Manuel II Palaiologos reste toujours posée. Il faudra bien que les laïcistes y donnent un jour une réponse. Ce jour serait-il proche ? Il se pourrait qu’en Espagne ce sera bientôt le cas.

L’affaire est particulièrement sensible du fait qu’en Allemagne et Autriche 25 millions d’exemplaires du Coran en langue allemande sont actuellement distribués à la population. Cette action opérée par des Salafistes commence à remuer sérieusement les esprits outre-Rhin.

 

-  O.A.M.D.G.  -



Retour à la liste des RU

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]