Rechercher :



LES R.U.




Les RU en Français


Imprimer

RU 18/2011 - RFA, FRANCE


RFA (ru, 9 mai 2011) – Le président de la commission œcuménique de la conférence des évêques allemands, Mgr Gerhard Ludwig Müller – un ennemi déclaré de la Tradition et tout particulièrement de la Fraternité Saint Pie X dont le séminaire de Zaitzkofen se trouve dans le diocèse de Mgr Müller – a déclaré le 16 mars 2011 que des Protestants pourraient en certains cas aller à la communion catholique.  Même s’il a déclaré qu’on ne puisse régler ce problème d’une façon générale, « comme cela a été fait par les conférences d’évêques au Canada et dans certains pays de l’Amérique du sud » (?), il a précisé qu’un prêtre peut, en certains cas - comme dans le cas de couples mixtes catholiques-protestants fréquents en Allemagne – permettre une telle solution. Le critère essentiel serait que les époux soutiennent la compréhension catholique de l’eucharistie. « Nous ne pouvons pas abandonner deux personnes qui vivent leur foi chrétienne dans la communauté humaine la plus étroite et veulent aussi éduquer leurs enfants chrétiennement, mais qui sont séparées dans la foi sans leur faute personnelle.» On croit rêver. Pourtant, Mgr Müller n’est pas n’importe qui : il est évêque de Regensburg depuis 9 ans, fut nommé par Benoît XVI membre de la Congrégation de la Foi en 2007, et membre du Conseil Pontifical pour la Culture depuis 2009. En plus il est le président de la Commission œcuménique des évêques allemands, et co-préside depuis 2009 les « Entretiens théologiques entre le patriarcat de Moscou et la conférence des évêques allemands ». Aussi soft qu’il soit envers les Protestants, aussi radical il est face à la FSSPX : « Leurs ordinations sacerdotales sont une provocation et des actes schismatiques », déclara-t-il le 26 juin 2009. Rien que ça ! Faut-il se rappeler des terrifiantes paroles que Notre Dame aurait confiées à 2 enfants en 1846 à La Salette en France, une apparition reconnue par l’Eglise: « Rome perdra la foi… elle deviendra le siège de l’antéchrist… Il y aura une éclipse de l’Eglise » (version du secret publiée en 1879, mais ces paroles ne figurent pas dans la lettre des 2 enfants au pape Pie IX écrites en 1851 et retrouvée en 1999 aux archives du Vatican). Les seuls remèdes que la Sainte Vierge leur a inculqués : Se convertir, obéir et prier. Nous sommes aujourd’hui, 165 ans plus tard, toujours au même point : face aux trahisons et infidélités épiscopales et autres – y compris et surtout les nôtres - convertissons nous, et prions !

FRANCE (ru, 10 mai 2011) – Voici un excellent communiqué de ce jour de M. Bernard Antony, président de l’association catholique Chrétienté-Solidarité :
« Benoît XVI et l’accueil des réfugiés du « printemps arabe » : notre respectueuse exigence de discernement.
 Benoît XVI, ce pape d’une foi et d’une intelligence aussi rayonnantes que sa grande bonté, réitère ses appels aux peuples d’Europe pour qu’ils accueillent généreusement les réfugiés poussés vers les rivages latins par les événements de ce que l’on a pourtant appelé « le printemps arabe ». Mais le respect avec lequel nous accueillons ses propos ne nous interdit pas l’usage de notre droit et devoir de distinction dans l’application de ses exhortations.
En effet, reçues et appliquées sans discernement, elles pourraient avoir, à l’inverse de leur motivation charitable, des effets contraires préjudiciables à l’harmonie  sociale et même à la paix civile. Benoît XVI ne peut certes tout savoir et tout considérer des réalités nationales complexes. Bien sûr, il connait parfaitement le sort tragique tout au long du siècle passé et jusqu’à nos jours, des peuples chrétiens en pays conquis par l’islam, en situation de dhimmitude et même de persécution voire d’extermination comme celle des Arméniens et autres chrétiens en Turquie.
Aussi aujourd’hui on ne saurait raisonnablement qu’accueillir les véritables réfugiés « politiques » c'est-à-dire « religieux » fuyant notamment un Irak où leur vie est vraiment très menacée. Mais le Saint Père ne sait sans doute pas que de toutes les prisons de Tunisie ouvertes lors des événements du « printemps », s’est échappé la totalité de la faune des prisonniers de droit commun qui voient dans la France un refuge où ils pourront exercer leurs talents de délinquants aux dépens de populations déjà par trop violentées. Il ne peut savoir que très fréquemment dans les centres d’accueil, fussent-ils d’étiquette catholique, les réfugiés chrétiens sont souvent discriminés et même terrorisés par les ressortissants de l’Oumma tel à Paris des islamistes pakistanais ou afghans ne cachant même pas leur préférence talibane.
Or si le nombre des réfugiés chrétiens est très faible et grand leur désir de vite servir leur pays d’accueil comme nous le vérifions sans cesse, les flots continus d’immigrés musulmans, rapidement encadrés par les organisations islamistes, renforcent toujours plus des zones où disparaît de plus en plus la diversité culturelle et religieuse. Il en est ainsi progressivement dans des espaces européens comme des peuples chrétiens d’Orient finalement minorisés par une utilisation des principes de non-contrainte et de liberté religieuse absolument sans réciprocité. Il est hélas à craindre que trop d’évêques adeptes idéologiquement, sous prétexte de dialogue interreligieux, d’une sorte de convergence sinon de fusion syncrétiste islamo-chrétienne n’informent pas très objectivement Benoît XVI de ce que ressentent beaucoup des derniers fidèles des zones en voie d’islamisation. Ceux-ci sont de plus en plus désorientés voire révoltés et peu à peu se brisent leurs derniers liens avec l’Eglise.
Aussi nous permettons-nous d’exprimer que la charité, considérée dans sa dimension politique essentielle de souci du bien commun, ne peut consister à accueillir également des populations bien différentes et sans discernement. Aussi ces populations originaires de Tunisie, si elles n’ont rien à se reprocher devraient plutôt avoir à cœur de participer à l’éclosion démocratique du printemps dit arabe ou alors trouver accueil et assistance auprès des pays et des immenses puissances financières de l’Oumma islamique. Comment se fait-il que les immigrés musulmans ne manifestent semble-t-il pas beaucoup le désir de s’installer dans des pays musulmans prospères ?
Il faut espérer que l’on informera le Saint Père  de ce qu’un véritablement détournement de l’esprit de charité s’opère, hélas trop efficacement, par les artifices dialectiques de l’idéologie immigrationniste. Le considérer sans réagir, c’est accepter la mise en place des conditions de  tragiques situations d’affliction demain pour nos peuples. La charité consiste aussi à leur épargner ces tragédies. Et simultanément nous continuerons à œuvrer autant que nous le pouvons en aidant avec « Chrétienté-Solidarité-Persécutions » des enfants chrétiens d’Irak et d’Egypte frappés par les tragédies de leur peuple.
70, bd Saint Germain 75005 Paris – 01 40 51 74 07 – chretientesolidarite.fr@gmail.com »
- Fin de citation.



Retour à la liste des RU

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]