Rechercher :



LES R.U.




Les RU en Français


Imprimer

RU 06/2010 - GENEVE, USA


CITATION de la semaine : « J'ai aussi un blog, avec un seul lecteur, moi-même, parce que je fais des erreurs en français et je suis obligé de me relire…»

GENEVE (ru, 1 mars 2010). Le Comité CEDAW (Committee for the Elimination of discrimination against Women) de l’ONU, siégeant à Genève, vient de mettre l’Ukraine en garde contre son taux élevé d’avortements, en recommandant plus de contraception et d’éducation sexuelle. En même temps le Comité se permet de critiquer l’adhésion de beaucoup d’Ukrainiens aux rôles traditionnelles féminines, en appelant cela « persistance de stéréotypes traditionnels ». Selon le Comité c’est la cause profonde de « la position défavorisée de la femme dans la vie politique, sur le marché du travail et ailleurs. »  Il faut savoir que le Comité CEDAW est une des cuisines les plus dures du féminisme gauchiste mondial. Ils veulent faire de la femme un homme, sinon celle-ci n’aurait pas de valeur. Car pour ce Comité, en dehors de la politique et du business, il n’y a pas de place honorable. La famille, c’est du passé, cela ne compte pas, c’est à éliminer. La reproduction humaine est à supprimer par tous les moyens : éducatives, médicales et même coercitives. Le CEDAW est l’agence et l’outil privilégiés de la culture de la mort. Quant à l’Ukraine, elle ne fait pas si mal que cela. En dépit d’une grande pauvreté de la population, l’avortement a baissé en 10 ans de 2/3 (de 66,7 en 1993 par 1000 femmes à 21,1 en 2004), et pour les jeunes filles âgées de 15 à 17 ans le nombre d’avortements a chuté de 31 à 6 par 1000 pendant la même période. Quant à l’éduction sexuelle et les contraceptifs, si vivement recommandés par le CEDAW, les statistiques récentes prouvent que là où ces méthodes sont pratiqués le plus, comme en France et en Angleterre, le taux d’avortements – et de maladies vénériennes - est le plus élevé. L’Angleterre qui oblige toutes les écoles à une éduction sexuelle poussée, peut être appelée « la capitale européenne de l’avortement », y compris des mineures, avec 200.000 meurtres de bébés par an. C’est donc cela ce que veut le CEDAW pour l’Ukraine ? En vérité le CEDAW n’est qu’une bande de tueurs masqués en féministes! (cf. www.lifesitenews.com 25.2.)

USA (ru, 1 mars 2010). Beaucoup d’hommes politiques américains qui votent pour l’avortement, vont couramment au banc de communion dans leurs paroisses, et c’est devenu récemment un scandale. Plus scandaleux encore est que les évêques et prêtres réagissent tout à fait différemment, suivant le diocèse ou la paroisse. Le cardinal Sean O’Malley de Boston vient de déclarer à ce sujet : « Je pense que cette solution (refus de la Sainte Communion) devrait être pratiquée s’il y avait une catéchèse large à ce sujet, ou si c’était une prescription universelle pour toute l’Eglise. On ne peut accepter que les gens fassent des choses seulement dans une église ou une autre, vous ne feriez que terriblement diviser l’Eglise. » Il est vrai que les évêques américains n’ont pas trouvé de consensus à ce sujet, ni une approche pastorale uniforme. Selon le cardinal O’Malley, seul un changement du Droit Canon à cet égard, voire une directive officielle du Saint Père lui-même pourrait créer la clarté et enlever le scandale. Il dit qu’il avait déjà pressenti Jean-Paul II à ce sujet, quand celui-ci enquêtait auprès des évêques en vue de l’Encyclique Evangelium Vitae, mais « nous n’avons pas reçu la réponse claire que nous attendions ». Pourtant une lettre du Vatican en l’an 2004, signée à l’époque par le cardinal Ratzinger et intitulée « Principes généraux concernant la dignité de recevoir la Sainte Communion », définit que les politiciens catholiques qui persistent d’être pro-avortement devraient d’abord être prévenus par leurs évêques d’approcher l’autel, ensuite on « doit » leur refuser la Sainte Communion. Cette lettre n’a jamais été réceptionnée par les évêques américains et ne fut finalement connue que par l’indiscrétion de quelques journaux italiens. La conférence des évêques américains laissait simplement la réponse pastorale appropriée – y compris le refus de communion - à la discrétion de chaque évêque. D’où le scandale actuel du traitement différent des divers politiciens pro-avortement par les évêques. Si notre pape Benoît XVI – proclamateur déclaré de LA VERITE - n’intervient pas, l’Eglise se trouvera ridiculisée en USA, par manque de clarté, de cohérence et de fermeté, au grand scandale des fidèles choqués par ces nombreux sacrilèges publics. Sans parler de la France, de l’Europe et du reste du monde où cette pratique est tellement répandue et banalisée qu’elle ne crée même plus de scandale.  Prions que notre Saint Père trouve la force d’annoncer la VERITAS IN CARITATE (et non pas seulement la CARITAS IN VERITATE). - (Cf. www.lifesitenews.com 25.2.)

-  O.A.M.D.G.  -



Retour à la liste des RU

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]