Rechercher :



LES R.U.




Les RU en Français


Imprimer

RU 44/2009 - EUROPE, VATICAN


EUROPE (ru, 3.11.2009). Ce jour à 15 heures le président tchèque Vaclav Klaus a finalement signé le traité de Lisbonne. Il est le 27e et dernier chef d’Etat de l’Union Européenne à le signer, faisant ainsi sauter l’ultime obstacle à sa mise en place après le référendum positif de l’Irlande du 2 octobre 2009. On ne comprend plus rien. N’était-ce pas Vaclav Klaus qui avait été un farouche opposant du ‘super-état Europe’ ? N’avait-il pas déclaré à qui voulait l’entendre que le projet d’une ‘Europe unie’ serait un retour à la tyrannie rouge ? N’avait-il pas prévenu que la ratification du Traité de Lisbonne signifierait la fin de son pays et de tous les pays européens en tant qu’états souverains indépendants ? N’avait-il pas martelé, dans son célèbre discours de 2005, que les anciens pays communistes vont probablement « tomber dans un nouveau cul-de-sac d’une société régulée, d’un état d’assistance non-productif, d’un orgueilleux nouveau monde de démocratisme social et d’Européisme vide et artificiel » ? Il a cédé, le brave homme, comme les autres 26 peu vaillants chefs d’état avant lui. Cédé à qui ? Mystère… Désormais il faut s’attendre à ce que Dieu, et tout ce qui Le rappelle, soit progressivement éliminé de la scène publique dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne. Comme par hasard, ce même jour fatal du 3 novembre a été prononcé à Strasbourg un jugement brutal par la Cour Européenne des Droits de l’Homme contre les crucifix dans une école italienne, à la suite d’une plainte déposée par Madame Soile Lautsi, mère de 2 enfants scolarisés à Abano Terme près de Padoue, qui ne supportait pas que ses enfants soient influencés par l’exhibition de crucifix dans chaque classe de l’école. Les 7 juges de la Cour strasbourgeoise – probablement des ‘bons Chrétiens’ fidèles aux précepte de la ‘liberté religieuse’ imposée par le Concile Vatican II -  convenaient que ces crucifix « restreignent le droit des enfants de croire ou de ne pas croire ». Le jugement dit que « L’exhibition obligatoire d’un symbole d’une confession particulière dans des locaux utilisés par les autorités publiques… restreint le droit des parents d’éduquer leurs enfants en conformité avec leurs convictions ». Et plus loin : « La présence du crucifix… pourrait facilement être interprétée par les élèves de tout âge comme un signe religieux, et ils pourraient avoir l’impression qu’ils sont éduqués dans un environnement scolaire qui porte la marque d’une religion particulière ». La présence de tels symboles « pourraient être perturbante pour des élèves qui pratiquent d’autres religions ou qui sont athées »… Bien sûr, le jugement se réfère pour l’instant à cette unique école à Abano Terme, en lui enjoignant de retirer toutes les croix des salles de classe. Mais désormais aucune école en Europe n’est plus à l’abri d’une pareille procédure apostate par la Cour Européenne. Les Irlandais ont beau dire qu’ils auraient obtenu des dérogations du Traité pour maintenir leurs principes catholiques, tels que l’interdiction de l’avortement et de l’euthanasie : ils oublient que la Cour Européenne de Justice (ECJ) statuera sur l’ensemble de l’Union sur la seule base du droit communautaire, c’est-à-dire du Traité de Lisbonne, en interprétant celui-ci à leur guise, sans égard aux ‘lois et droits locaux’. Il est maintenant facilement prévisible que, tôt ou tard, tous les crucifix des écoles seront jetés aux déchets et que l’avortement et l’euthanasie seront partout imposés de force comme ‘droits de l’homme’. Voilà les fruits amères et ultimes d’un Concile Vatican II qui a prôné la séparation de l’Etat et de la religion (catholique), en inventant une ‘liberté religieuse’ qui frôle l’apostasie. Tout ce qui se fait – de bien ou de mal - dans l’Eglise finit par avoir des répercussions énormes et parfois catastrophiques dans la société laïque et le domaine public. - Pour revenir à Klaus Vaclav, si l’on veut en finir avec les marionnettes comme lui et les autres 26 chefs d’Etat de l’U.E. qui obéissent aux ordres ‘venus d’ailleurs’ - mais surtout pas ceux du Ciel -, il n’y a qu’un seul parti dont les cadres prononcent tous un serment « anti-communiste, anti-franc-maçon et anti-corruption » : c’est le nouveau parti anti-avortement AMEN en France (adhésion 25 E/an, à adresser à AMEN, BP 70114, 95210 Saint-Gratien, site Internet www.amen-net.org).

VATICAN (ru, 3.11.2009): « Ni la Sainte Communion ni les rites des funérailles ne devraient être administrés aux politiciens soutenant l’avortement ou le ‘mariage’ homosexuel».  Et encore : « Un Catholique qui vote pour eux, coopère formellement à un grand mal et doit s’en confesser ! » On ne peut qu’ajouter : AMEN ! Ces paroles viennent de Mgr Raymond Burke, nouveau membre de la Congrégation pontificale pour la nomination des évêques au Vatican.

- - O.A.M.D.G. - -



Retour à la liste des RU

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]