Rechercher :



AMEN



Imprimer

Un autre ami: conseils désabusés


Courriel du 31.8.2007

De F., France

A UNEC

Objet : nouveau parti ?

 

Chers amis,

 

Désolé de vous décevoir, mais la démocratie est un piège à c......atholiques. Tous les Catholiques qui ont essayé de jouer son jeu pervers s'y sont brûlé les doigts, et certains y ont même peut-être perdu leur âme. J'ai voté pour la toute dernière fois au printemps dernier, par ultime réflexe imbécile d'"élimination du pire" (Ségo), et Dieu sait si je me le reproche à présent !... Alors, prendre une carte, chercher à me faire élire, non, merci bien. Je souhaite que vous ne sortiez pas trop déçu par les résultats de cette initiative certes sympathique, mais que je sais d'avance condamnée à l'inutilité: les démocrates, les républicains et les frans-maçons (c'est pareil!) étant les pires ennemis de l'Eglise et connaissant par coeur les moindres recoins de leur marigot, nous n'avons pas la moindre chance d'y lutter efficacement contre eux. Au mieux, nous leur servirons de faire-valoir et de façade "respectable".

 

Bien à vous

 

F

 

Réponse :

Courriel du 31.8.2007

De : UNEC

A : F.

Objet : nouveau parti ?

 

Nos pères se sont battus autrement.

 

Mon père, avec 2 autres (Tillmann et Kiesinger, pas Kissinger!), sur demande de Konrad Adenauer, a fondé après la guerre la CDU qui fut, à l’époque, vraiment chrétienne. Mon père fut ministre de la famille pendant 3 cabinets, c'est-à-dire pendant 12 ans, le temps du "miracle allemand". Il n'a jamais fait un compromis. Jamais. En 1952 il devait faire le grand discours au Katholikentag allemand à Mayence, devant 12.000 personnes, dans le stade de la ville, avec tous les évêques allemands au parterre. Il a choisi comme thème: "La CDU et les 10 commandements de Dieu" ! Inimaginable aujourd’hui. Il fut la bête noire des gens du cinéma et du spectacle, de l’industrie du sex, des libéraux, des anti-cathos... Nous avons encore un volume des caricatures sur lui... Et quand il fallait faire un compromis au dépens de la famille, il a dit, pendant la session du cabinet: "ou ma proposition passe telle quelle, ou je m'en vais". Ca, c'est arrivé une dizaine de fois. Après 12 ans, les autres ont dit: eh bien, allez vous en, si cela vous plaît tant. Et il est parti. Ayant fermé la porte de la salle du cabinet, il l'a recouverte pour dire: "Et merci de m'avoir rendu la liberté!" - Depuis, l'Allemagne descend (Adenauer fut évacué 3 mois plus tard): socialistes, avortement, coalition, Angela Merkel européiste à mort... Il n’y a plus rien de « chrétien » dans la CDU d’aujourd’hui.

 

 

Donc, je ne crois pas qu'il faut dire que faire un parti chrétien est intrinsèquement voué à l'échec. Je pense que c'est plutôt de la lâcheté, de notre côté, de ne pas vouloir nous battre, AVEC TOUTES LES FORCES VIVES QUI SONT DANS NOS CORPS ET ESPRITS confirmés par le Saint Esprit par le sacrement de Confirmation.

 

 

Réfléchissez-y encore une fois, nos portes sont grandes ouvertes pour des gens comme vous, sans compromis.

 

Bien à vous, in Xto Iesu, W.W. (UNEC)



Retour à la liste pec

[UNEC] [LES R.U.] [PELERINAGES] [COSTA/COELI] [SOS MAMANS] [AMEN] [DIVERS]